. .

Informations sur l'évènement

07.05.2014 13:28 Il y a : 5 yrs

L’art à la rescousse : les Roms en Europe – une académie sous les arbres

11.09.2014 - 12.09.2014

© René Arnold

Tous les deux ans, la Fondation Genshagen organise une « académie sous les arbres ». Cette série de rencontres s’intéresse à des grands sujets de société, considérés comme des défis propres à notre époque.

En collaboration avec la Fondation Hildegard Lagrenne pour l’éducation, l’inclusion et la participation des Sinti et des Roms en Allemagne, la Fondation Genshagen a consacré l’édition 2014 de l’« académie sous les arbres » à la minorité rom. Avec environ 12 millions de personnes, les Roms représentent la plus grande minorité en Europe, or un grand nombre d’entre eux sont marginalisés et dans de nombreux pays d’Europe, l’antitsiganisme est à l’ordre du jour.

Pendant des siècles, les Roms ont été mis en scène par des artistes non issus de cette minorité. S’il est certain que des associations positives ont pu également être transportées à travers l’art, ce sont principalement des stéréotypes négatifs qui ont été mis en avant afin d’attiser les préjugés. Pour autant, les Roms sont-ils aujourd’hui encore représentés dans l’art comme des étrangers ou la réalité de cette minorité discriminée s’y reflète-t-elle dorénavant ? Qu’en est-il des artistes roms ? Au-delà de motifs communs, existe-t-il un « art rom » ? Et quel rôle l’art et la culture peuvent-ils jouer pour l’inclusion des Roms en Europe et pour combattre les idées reçues ? Afin de discuter de ces questions, les organisateurs ont proposé un échange au niveau local et invité des représentants de projets artistiques et culturels de différentes villes européennes à se présenter mutuellement leurs concepts.

Bertrand Verfaillie du Collectif Solidarité Roms et Gens du voyage a présenté le festival franco-rom « Rom 3000 » qui a lieu à Lille et dans la région. A travers ce programme de rencontres culturelles franco-roms, ce festival vise une meilleure connaissance mutuelle et la création de liens au sein de la société locale. 

A Košice, la deuxième plus grande ville de Slovaquie se trouve le seul théâtre professionnel rom du pays. Karel Adam, son directeur, a expliqué à Genshagen comment le théâtre cherche à la fois à renforcer le sentiment d’appartenance à la minorité rom  et à consolider les liens avec la population locale.

L’année dernière, le musée de la culture rom de Bucarest a ouvert ses portes. Ciprian Necula, président de Romano ButiQ, a présenté les activités du musée qui est davantage conçu comme une plateforme de dialogue et de compréhension mutuelle que comme un musée au sens classique du terme.

Le musée de la culture rom de Brno en République Tchèque, représenté par la directrice adjointe Jana Habrovcová, existe lui déjà depuis 1991. Au-delà des 30 000 pièces d’exposition et de la vaste bibliothèque du musée, les lectures, concerts, soirées-discussion, performances artistiques et cours de langues auxquels on peut assister permettent de dépasser le concept classique de musée. Cette institution a pour objectif d’entretenir l’histoire et la culture rom.

David Gaunt, Professor Emeritus du Centre for Baltic and East European Studies de l’Université Södertörn de Stockholm, a expliqué les opportunités et les défis rencontrés lors de la mise en place d’un programme de séminaire portant sur les Roms et visant à renforcer au sein de la population les connaissances sur leur histoire, leur culture et leur situation. L’université démarre également un programme pour enseignants du Romani, l’une des cinq langues des minorités reconnues en Suède.

Riccardo M Sahiti, directeur de l’association philharmonique des Sinti et des Roms de Francfort sur le Main a fait part du travail de l’association pour sauvegarder le patrimoine musical des Roms et Sinti. Plusieurs ensembles font partie de l’association dont notamment un orchestre à cordes, un orchestre philharmonique et une chorale, tous composés de musiciens sinti et roms. L’association soutient la formation des musiciens et fait connaître à travers ses activités la musique des Sinti et des Roms à un large public.

Monika Weychert-Waluszko a présenté l’exposition « Houses as Silver as Tents » dont elle a été commissaire à la galerie nationale d’art Zachęta à Varsovie. Cette exposition montrait les clichés et préjugés ordinaires sur les Roms transportés à travers des œuvres d’art aux 19e et 20e siècles, idées reçues qui sont remises en question dans les œuvres d’artistes contemporains de différents pays.

Au-delà des discussions sous les arbres portant sur ces différents projets, la musique, la peinture et le théâtre ont joué un rôle central au cours de cette conférence : des œuvres de la grande artiste rom espagnole Lita Cabellut étaient exposées dans le château et le comédien Folkert Dücker a lu des passages de la pièce de théâtre « Zigeuner-Boxer » de Rike Reiniger. Le groupe Sinti-Swing-Berlin de Janko Lauenberger et un concert de musique classique avec les musiciens sinti Sandro Roy au violon et Jérôme Weiss au piano ont parachevé le tableau.

L’« Académie sous les arbres » est un format particulier de la Fondation Genshagen inspiré des « Dialogues en humanité » de la ville de Lyon. Le cadre traditionnel de la conférence y est dissous et toutes les personnes présentes sont encouragées à participer à la discussion sous les arbres et à partager leurs expériences et connaissances.

Partenaires : Hildegard Lagrenne Stiftung für Bildung, Inklusion und Teilhabe von Sinti und Roma in Deutschland, Mannheim; Dialoges en humanité, Lyon

Responsable : Noémie Kaufman