. .

Conférence européenne d’experts : le Triangle de Weimar

La conférence avait pour but d’analyser le nouveau contexte et le nouveau potentiel de coopération que constitue le changement de majorité en France de 2012 pour le partenariat trilatéral entre la France, l’Allemagne et la Pologne.

lire la suite

Ausstellungseröffnung „Vanito Vanitas“ von Michał Martychowiec

Le 29 novembre prochain à 18 heures se tiendra au Château de Genshagen le vernissage de l’exposition « Vanito Vanitas » de l’artiste polonais Michał Martychowiec. Dans son œuvre, la volatilité de la vie et la vacuité des choses sont autant d’anciens motifs qui se confrontent à l’esprit récalcitrant du 21ème siècle. En illustrant le « vide », l’artiste donne un aperçu de la tradition artistique et de la perception des images.

lire la suite

Exposition collective sur le thème „La matérialité du langage“, avec Jean Daviot, Markus Keibel, Jorinde Voigt et Max Wechsler

L´exposition,  ouverte le 23 mai 2013 dans le cadre du colloque „Art et langages“ (les 22 et 23 mai), présente les oeuvres des artistes

Jorinde Voigt,

Jean Daviot,

Markus Keibel,

Max Wechsler

Le thème porteur de l´exposition est la „Matérialité du langage“. Quelques-unes des oeuvres des artistes ont été regroupées pour être introduites ensemble, dans une même exposition, organisée en automne 2012, pour la fondation Hippocrène (à Paris, avec pour directrice d´exposition Jeanette Zwingenberger), où elle a su remporté un vif succès. Dans le cadre d´un partenariat intensif avec la fondation Hippocrène, l´idée de l´exposition fut poursuivie et reproduite temporairement au Château de Genshagen.

Les travaux présentés sont à comprendre comme „un laboratoire“. Cela est au coeur même du concept de cette exposition.

A travers l´utilisation de divers supports de l´art visuel (peinture, dessin, Land Art et photographie), l´exposition a pour ambition de montrer les différents aspects de la „matérialité du langage“.

Dans leur type d´écriture artistique respectif, Max Wechsler, Jorinde Voigt, Jean Daviot und Markus Keibel se rejoignent autour de la „Matérialité du langage“, au sens auditif et graphique.

Cette similitude s´observe par exemple dans l´inversion des caratères d´écriture au sein même du mot, dans le puzzle typographique ou l´écriture sur l´herbe, dans la nature. La dimension optique, d´une apparence auditive,  qui surgit lors de la contemplation des oeuvres, confère à l´abstraction du langage une dimension concrète au moyen du caractère – mot et objet.

Cette exposition vise à susciter chez les observateurs une réflexion personnelle, ludique et sensorielle sur la langue et à leur donner l´occasion de fréquenter l´attrayant et innovant mot-sens. Les oeuvres les encouragent à dépasser les frontières créatives par la réflexion et la pratique, et à en assumer leur propre responsabilité.

L´exposition reste ouverte au public jusqu´au 18 novembre.