. .

Informations sur la publication

29.04.2014 10:31 Il y a : 5 yrs
Catégorie : Genshagner Noten

Genshagener Noten 2/2013


Notre deuxième note de Genshagen est consacrée au colloque franco-allemand « Art et Langage », organisé les 22 et 23 Mai 2013 au Château Genshagen, en partenariat avec la fondation Hippocrène. Ces deux fondations avaient pour même ambition de renforcer durablement le projet européen avec les outils et la langue de l’art, surtout qu’en 2013 ont été célébrés, en France comme en Allemagne, les cinquante ans de la signature du Traité de l’Elysée. Aussi, ces deux fondations ont voulu saisir cette opportunité pour formuler un vibrant plaidoyer franco-allemand pour le plurilinguisme qui fait la richesse culturelle de l’Europe.

Artistes, philosophes, scientifiques, gens de lettres, pédagogues et linguistes ont érigé en l’espace de deux jours seulement un « Mémorial/Monument en mouvement » à la gloire des langues de l’Europe, leur promettant un bel avenir. En guise de métaphore, l’artiste Jean Daviot a fait apparaître dans le vert de la pelouse située au pied de la terrasse, derrière le château, le mot « AVENIR ».

Parallèlement aux conférences et tables rondes, de nombreuses œuvres d’art exposées dans les salles de conférence du Château ont apporté une précieuse contribution au colloque, telles que les œuvres des artistes Markus Keibel, Max Wechslerm Jean Daviot et Jorinde Voigt qui ont mis en scène l’interaction entre l’image et le mot. Ainsi lors du colloque, l’art a su subtilement mettre en lumière la « plasticité du langage ».

La documentation ci-jointe cherche à fournir aux lecteurs et lectrices les différents arguments afin de concéder à LA langue en général et aux différentes langues dans la vie de chacun une place suffisante. Les personnes particulièrement impliquées par leurs obligations professionnelles dans des processus de rapprochement transnationaux et transculturels en Europe se verront ainsi dotées d’arguments solides si – comme c’est si souvent le cas –  la traduction des langues vient à être rayée d’un projet en raison de difficultés financières pour être remplacée par l’utilisation d’un anglais appauvri et uniforme.


Fichiers :
Genshagener_Noten_2.pdf3.3 M